Sujet inconnu – Loulou Robert

Chers amis des mots,

J’ai repéré « Sujet inconnu » de Loulou Robert aux Éditions Julliard avant de créer mon compte Instagram, sans jamais oser l’acheter. J’ai profité d’un cadeau, un bon sur ma liseuse Kobo, pour en faire enfin l’acquisition. Au vu de la couverture, je m’attendais à un récit sensuel, passionnel, tabou. Ce livre va bien plus loin que cela…

Bref synopsis personnel : C’est l’histoire d’une héroïne sans nom, d’un sujet inconnu, d’une vie aussi triste qu’intrigante, humaine. Son existence se déroule tandis qu’elle est mal-aimée, on la voit grandir cabossée. Et c’est lorsqu’elle se laisse prendre par l’amour cruel, l’amour tordu, qu’elle commence à vivre… ou à mourir.

Mots couchés dans mon carnet : On passe de la brutalité (l’adulte), à l’enfant de 8 ans. Le vocabulaire est violent, concis, brut. Mais beau. Tout ce sombre, toute cette souffrance… je ne peux pas décrocher.

L’adolescence est-elle le pire ? La mort d’un personnage attachant est nette, cassante, après la lumière.

La première fois de cette jeune fille est si fade p. 70. Et la p. 73 est si belle. Là où son coup de foudre est saisissant.

Premières larmes en p. 93. Petit moment prévisible en p. 111, mais cela n’enlève pas le côté « fort » du moment. Le chapitre 18 illustre la passion, j’aime beaucoup.

Ce rapport avec le cancer, si brutal et si doux à la fois. C’est dur pour l’accompagnante, lumineux pour la malade. C’est dur à lire, mais heureux à constater : « ça ne se passe pas toujours « mal » ».

La peur de l’autre, de son amoureux, avec la douleur. La mère qui a raison… Le déni et l’amour sont moches. J’ai mal pour la jeune femme.

J’aime ce lien entre Lucien et Denis, entre cette histoire d’amour et celle de l’héroïne.

L’erreur est commise, ce pardon à la gare. La protagoniste n’est pas victime, elle est extrêmement lucide. Et en même temps, elle est déjà prisonnière de « cette boîte ». Ce courage de tout quitter pour écrire, de lutter contre son amour pour ce premier vrai amour… Qui est en fait le second. ♥ Il faut écrire. Ce contraste entre l’enfermement, l’isolement et le recul qu’elle prend sur son histoire : effrayant. Consciente de tout, mais impuissante. Le moment où elle déballe tout sur lui, ce qu’elle pense de lui, est poignant. Tout est mélangé. L’amour, la haine, l’angoisse, l’envie de fuir sans y arriver, le sexe, le viol…

Je vis ce moment magique, hors du temps. En discutant avec une amie passionnée depuis toujours par le Brésil, je tombe sur cet instant, ce chapitre 31 : la protagoniste rencontre une Brésilienne qui la sauve, littéralement. Et sa description correspond à mon amie à 100%. Je lui lis l’extrait à voix haute. ♥

Totale symbiose sur la vision de l’écriture p. 258, puis 259, puis 260. ♥

La relation de couple, lorsque tout explose, est vraiment dégueulasse, détraquée. C’est si dommage. C’était beau, au début. Avec le retour du cancer, un coup de massue sur la lumière. Le chapitre 37 est direct, percutant. Le cœur qui fait un bond, la suite me fait vraiment pleurer. Et la rechute, il vient la chercher, profite d’elle… Terrible.

Magnifique lien avec Kamal après l’appel de la survie. Ces belles personnes qu’on oublie pas. Puis l’horreur, le sang, Lucien qui vient la sauver de l’ultime agression. Je ne m’attendais pas à ça. Une claque, douce. Un lien avec le judo, ancrage depuis le début. ♥

Résumé : 5.5/6
Narration :
6/6
Ambiance/Environnement :
5.5/6
Personnages :
6/6
Fin :
5/6
Moyenne :
5.6/6

Je ressors de cette lecture bouleversée, révoltée par ces façons d’aimer. À l’instar de « La vraie vie » d’Adeline Dieudonné, l’autrice ne nous fait pas de cadeau. Incisive, elle explique que l’horreur existe… et que lorsqu’on a mal grandi, elle peut rendre heureuse. Tout est alors déformé : est-ce normal d’aimer et de souffrir autant à la fois ? Là n’est pas la question. Ce livre nous plonge dans une réalité coupante, saisissante. Et vers une fin aussi tranchante que pleine d’espoirs.

Vous ai-je donné envie de lire « Sujet inconnu » ? Avez-vous déjà été appelés par un bouquin, sans oser l’ouvrir, sauf au bon moment ? Avez-vous lu ce livre ? Si non, n’hésitez pas, mais prenez soin de vous avant.

À très bientôt entre nos lignes. ♥

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :