La vraie vie – Adeline Dieudonné

Chers amis des mots,

Je n’ai jamais eu peur de lire un livre. C’est pourtant ce qui m’est arrivé avec celui-ci. J’ai pu l’acquérir au Salon du Livre de Genève en 2019, tout en lui m’intriguait alors. Puis je l’ai laissé traîner… Jusqu’à ce que je me sente prête de me plonger dans « La vraie vie » d’Adeline Dieudonné aux Éditions Iconoclaste. La vérité ? Je n’étais pas prête du tout et certainement pas dans le bon état d’esprit pour aborder l’horreur qui allait en découler. Ce livre n’est pas un coup de cœur, il m’a empêchée de dormir, fait réfléchir à n’en plus finir. Mais il est si bien écrit… Je dirais que c’est un bon gros coup de poing.

MENU du CWC
Hiver obscur – Catégorie 2 : Frissonner sous un plaid

Bref synopsis personnel : C’est l’histoire d’une petite fille de dix ans, sans nom, a priori sans histoires. Dans sa maison se passent des horreurs déguisées. C’est pourtant en sortant qu’elle et son frère vivront leur plus grand traumatisme. Et il n’y aura pas un seul adulte valable pour leur porter secours.

Mots couchés dans mon carnet : D’abord, les mots sont durs, crus, tout de même recherchés pour les comparaisons. Mais tout est clair. Les phrases sont courtes, percutent, puis elles sont douces et caressent. Les descriptions sont visuelles, concises, parlantes et nettes. Il y a de l’humour à la p. 12 déjà, je ne m’y attendais pas ; l’amibe est la meilleure image possible.

Puis l’humour s’évanouit. Le lien entre la jeune fille et son petit frère Gilles me touche beaucoup, sans que j’arrive à expliquer pourquoi. Peut-être parce que les chèvres, c’est mignon ? On voit déjà des défaillances au départ, un manque de construction, de cadre.

L’évènement clé, le traumatisme, est horrible. Décrit avec des yeux d’enfants, l’inconscient qui s’enferme. Vérité nue, déconnectée, sans filtre. Les moments où la petite parle de ce moment me saisissent à la gorge, m’étouffent. La symbolique pour Gilles et pour sa sœur est forte. Idem dans l’investissement de cette dernière dans une entreprise qui ramènera le sourire à son cadet… avec cette innocente quand même présente.

Il y a des moments très sensoriels, où je me suis sentie submergée de moiteur et d’odeurs. Dans des contextes, ma foi, très différents… La psychologie infantile mêlée à la violence est si finement amenée par l’auteur. Ils se protègent avec le jeu, mais dès que l’innocence s’en va, il est plus difficile de s’échapper. Et pourtant, il y a ce dilemme : pas vraiment de violence contre ces adultes qui les rendent malheureux. Parce qu’on arrive à nous faire penser que tout est gris.

J’en suis venue à avoir peur de voir cette créature grandir à l’intérieur de Gilles. Par la torture, ces moments insoutenables, si injustes. Il a besoin d’aide et personne n’est là. On brise cette petite fille et personne n’est là.

J’ai aimé retrouver un Takeshi (vous saurez de quoi je parle dans quelques temps) dans le roman, même si c’est presque insignifiant. Plume et Champion deviennent des repères dans la nuit… Mais même cela… même cela est effacé par le temps qui passe… Parce que c’est trop pour une jeune ado. Elle analyse le Roi Lion, pense tomber amoureuse, le peu qui restait s’effondre. Les p. 164-165 sont très fortes.

Mes larmes sont remontées de mon estomac vers la fin. Si tragique et si belle. ♥

Résumé : 5/6
Narration :
6/6
Ambiance/Environnement :
6/6
Personnages :
6/6
Fin :
5/6
Moyenne :
5.6/6

Je ressors de cette lecture bouleversée, les tripes retournées par la cruauté de la réalité nue, celle qui met des claques. La situation de cette enfant de dix ans est là, en beaucoup d’enfants, elle est simplement représentée autrement. Les adultes défaillants sont présents, ils rendent leur descendance malade et tordue. Mais le pire c’est qu’entre les lignes d’Adeline Dieudonné, on arrive à se dire que c’est normal. Que ça existe.

Vous ai-je donné envie de lire « La vraie vie » ? Aimez-vous découvrir ces livres dont on ne sait rien ? Connaissez-vous cette appréhension ? Un livre vous a-t-il déjà empêché.e de dormir ? Avez-vous lu ce livre ? Si non, n’hésitez pas, mais prenez soin de vous avant.

À très bientôt entre nos lignes. ❤

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :